Tribe -Rebirth (sortie le 30 novembre 2008)

Publié le par yannis

tribe 217px 2
"Well, well, well
We're livin' in a new day
We're doin' things a new way
I'm talkin', I'm talkin' about a new day
And we're searchin' for the right way
We all want to know the real deal"

Tel est le premier verset du premier thème de "Rebirth of the Tribe": de douces vibrations jazz et quelques mots  qui en disent plus long que bien des discours. Une introduction signée du tromboniste Phil Ranelin.

Mais retour tout d'abord dans les années 1970 avec un collectif venu tout droit de Detroit à la suite d'une bande son "An Evening with the Devil" composée par Phil Ranelin et le saxophoniste Wendell Harrison (dont on retrouve alors les noms sur certaines sessions de la Motown).


Envie de liberté d'improvisation, d' indépendance d'esprit face aux grandes compagnies qui régissaient alors le petit monde de la musique, ces derniers montent un label indépendant, Tribe Records. Ils seront vite rejoints par le trompettiste Marcus Belgrave, le pianiste Harold McKinney et le batteur Doug Hammond. Une indépendance musicale source de créativité bien évidemment !

Un projet à replacer également dans un contexte politique ... à l'époque de la reconnaissace des droits civils et de la guerre du Vietnam. Les quelques galettes du collectif envoient en paroles et en musique de sublimes missiles d'un tout autre calibre, à l'image du premier album, en 1973 "A Message from the Tribe".

Après une poignée de disques et de maxis, cette belle aventure collective prit fin cinq ans plus tard, avec un dernier album intitulé "The Mixed Bag". Ces vinyles ne tarderont pas à devenir des objets de cultes.

Trop souvent méconnu ? Trop en avance ? Pas assez mis en avant ? En 2003, Carl Craig leur rendait hommage avec "Detroit Experiment", un album où l'on retrouvait la scène jazz de la ville du Michigan, adossés à de plus jeunes: Geri Allen, Doug Carn, et le bien heureux trompettiste Marcus Belgrave, dont le "Space Odyssey" servait dès l'ouverture de diapason... Six ans plus tard, Carl Craig (plus souvent dans la musique électronique il faut bien l'avouer) prolonge l'expérience avec ce nouveau disque "Rebirth", en conviant notamment Marcus Belgrave et Wendell Harrison.

Une belle manière de rendre hommage au groove sophistiqué de cette scène sous-exposée. Le même désir de rallumer la flamme d'un projet qui ne fit certes pas long feu (entre un 1er album paru en 1973 et le dernier album en 1976) mais dont le souffle sonne toujours toujours d'actualité.

Un style jazz soul qui laisse la place à de nombreux solos et questions-réponses entre les cuivres et claviers. Je l'avoue, ce sont les cuivres qui mènent la danse.  La basse et le Fender Rhodes comme sur "Vibes from the Tribe" pose un groove favorable au discours musical des cuivres.

Autre élément qui me semble nécessaire de mettre en avant ... Esthète du jazz ayant une attirance limitée pour la musique électronique, la touche de Carl Craig y est des plus discrètes. Tout au plus sur le cinquième titre de l'album "Son of Tribe" avec quelques effets acoustiques à la trompette. En clôture de l'album, vous apprécierez tout autant le titre blues "13th and Senate" que l'apparition d'une chanteuse sur le titre final de l'album "Where I am".

Un album à découvrir, ne serait-ce que pour découvrir que le patrimoine musical de Detroit ne se limite pas seulement à la Motown et la musique électronique de Carl Craig (lui-même originaire de cette même ville).

En attendant, je vous invite à découvrir un morceau original de leur premier album Message from the Tribe !



Sounds from the village

Stay tuned !

Publié dans Let the music play

Commenter cet article

dissertation 12/12/2009 10:16


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!
__________________

dissertation


yannis 17/12/2009 22:54


thanks for your message. I'll keep sharing my passion for music.