Sandra Nkaké / Richard Bona (Paris Jazz Festival - 25/07/2010)

Publié le par yannis

Parce que le Premier Continent n'a jamais cessé d'apporter un sang neuf à l'imagination du jazz et de ses musiques héritières, le Paris Jazz Festival consacre comme chaque année un week end dédié à l'Afrique.

 

Sandra Nkaké - Mansaadi

 

Dès les premières notes, Sandra Nkaké assène à l'audience un uppercut, puis vous rattrape avec quelques notes soul et R'n'B avant de vous envoyer un son digne des vocalistes de musique classique. 

 

La première fois que l'on écoute et voit cette jeune femme pleine de charme, on a le souffle coupé par une voix incroyablement sensuelle et groovy, à l'aise quelque soit le style musical (seule l'émotion pure et simple compte) et un tempérament de feu.

 

Je vous invite a découvrir son premier album solo "Mansaadi" (avec Guillaume Farley à la basse et chant, Didier Combrouze à la guitare et au chant, et Lawrence Clais à la batterie). Cette chanteuse entière, unique et authentique est en tournée jusqu'en Mars 2011.

 

En attendant, vous pouvez visionner les photos du concert en cliquant sur la photo ci dessous et visionner la reprise de "La Mauvaise Réputation" de Brassens.

 

DSC01167-2.jpg

 

 


 

 

 

Richard Bona- The Ten Shades of Blues

 

Dix années séparent son nouvel album "Ten Shades of Blues" de son premier projet""Scenes from my life" (1999). Une décennie au cours de laquelle le bassiste et chanteur camerounais a multiplié les projets musicaux avec les plus grands (le regretté Joe Zawinul, Manu Dibango, Mike Stern, Bill Evans, Richard Galliano, Didier Lockwood, Bobby McFerrin...) poussé par une curiosité et une envie de jouer permanente. Un nouvel album ouvert sur de multiples rencontres, avec Richard Bona pour guide. A l'image du morceau "Shiva Mantra" - une invitation au recueillement, enregistré des sons de la rue de New Delhi - ou bien "M'Bemba Mama" - une chanson en hommage à toutes les mères (le titre signifie "Les pleurs de la maman").

 

Richard Bona parle en ces termes de son nouveau projet: " J’aime qu’il y ait un thème, un projet derrière chacun de mes albums. Cette fois, j’ai choisi le blues. Le blues, je le conçois sous un angle universel : on le retrouve en Afrique, en Amérique, en Inde. Les gens le rattachent à un style, avec la guitare, le chant. Moi, je le vois d’abord comme une gamme présente dans différentes traditions et expressions musicales. Ten Shades Of Blues signifie dix nuances, dix façons différentes d’interpréter le blues."

 

Richard Bona a donc bouclé cet album comme on entreprend un tour du monde. "Je suis allé à Madras, à Bombay, à Nashville, à New York. Chaque fois, j’ai joué avec des gars que j’avais croisés auparavant."

 

Sa définition du blues ? "Ce sont quelques notes qui ont toutes une force et une portée très touchantes. Elles sont présentes dans les musiques populaires, un peu partout, elles résonnent dans le coeur des gens. Il y a aussi une façon de les jouer, de les articuler entre elles."

 

Je vous invite à découvrir les photos prises cette après midi en cliquant sur la photo ci-dessous et à visionner la vidéo sélectionnée.

 

DSC01260-3.jpg

 

 


   

Publié dans Festivals - Concerts

Commenter cet article