Quand le Jazz se lit ...

Publié le par yannis

Jazz Quiz : 300 questions pour (re) découvrir le jazz en s'amusant (7,90 euros)


Merci aux 1548 personnes qui, à ce jour, ont fait l'acquisition du Jazz Quiz, et qui à l'occasion ont pu me dire le plaisir qu'ils avaient eu à le parcourir et à faire de belles découvertes musicales.

En espérant que vous le conseillerez ou offrirez à vos proches, et mieux encore en profiterez pour acheter quelques albums de jazz et/ou aller dans les clubs de jazz de vos villes respectives !



Moins qu'un chien (Charles Mingus)


mingus.gifEtre moins qu'un chien c'est, dit Charles Mingus tout au long de son autobiographie, être noir et musicien de jazz dans une Amérique blanche qui ne quitte l'indifférence ou le mépris de la communauté noire que pour piller ses valeurs culturelles. C'est, heurté aux refus et vexations, à la dépossession, comprendre très vite, si l'on n' accepte pas de se plier aux codes esthétiques dominants, si l'on est porteur d'un monde aussi neuf et intransigeant que l'oeuvre mingusien, que l'on ne pourra jamais vivre correctement de sa musique, qu'il faudra au contraire trouver tous les moyens de survivre - jusqu'à l'exploitation d'autrui - pour lui permettre de se faire entendre. Etre moins qu'un chien c'est, tout en luttant contre le pouvoir blanc par la charge revendicative de la création, être forcé, dans le quotidien, de jouer son jeu.

Charles Mingus: "Ma musique est vivante, elle parle de la vie et de la mort, du bien et du mal. Elle est colère. Elle est réelle parce qu'elle sait être colère". Quand la rage de Mingus passe par les mots, cela donne cette fresque corrosive qu'est Moins qu'un chien, cynique souvent, impitoyable pour soi, mais surtout pour ceux qui opressent , copient ou transigent. Pages où la demi-teinte n'est pas de mise; empreintes de la même "exagération" que les compositions du bassiste - humoreuses, sarcastiques, mais tendres et mélodiques aussi. Ménippée de l'emportement, du désir et de la violence, criant que la transformation du monde s'ouvre par l'affirmation brutale de l'individualité et l'épreuve immodérée de l'amour.

Récit recueilli par Nel King
Traduit de l'américain par Jacques B. Hess (Editions Parenthèses)

Miles (Alain Gerber)

miles.jpg
Mon vieux m'a demandé: " Tu sais ce qu'est un oiseau moqueur, fils ? ". Il n'a pas attendu que je dise non. "Il n'a pas de chant à lui. Il imite le chant des autres espèces, c'est tout ce qu'il sait faire. Est-ce que tu as parcouru tout ce chemin pour m'apprendre que tu allais devenir un oiseau moqueur, Miles ? Si c'est le cas, tu peux tout de suite t'en retourner d'où tu viens. En revanche, si tu as l'intention de chanter ta propre chanson, je te bénis. Je te bénis, quoi qu'il puisse t'arriver."

(Editions Fayard)



Monk (Laurent de Wilde)


Monk.jpgParmi les génies que compte le jazz, Thelonious Sphere Monk est certainement le plus étrange, le plus singulier. Il se dresse dans le paysage du jazz comme un mégalithe énigmatique. L'homme et la musique sont ici clos sur eux-mêmes. Il faut , pour pénétrer cet univers si particulier, avoir la sensibilité de l'artiste et la rigueur de l'analyste. C'est ce qu'a réussi Laurent de Wilde.
Seul un musicien doublé d'un écrivain pouvait, de la façon la plus vivante, nous décrire l'univers de Monk, et analyse tel thème, tel solo, ou telle conclusion paradoxale. En connaisseur du terrain, il nous fait visiter les lieux, dévoile des passages secret et nous remet la clef, une fois qu'on est entré.

(Editions Folio)

Commenter cet article