(mon) Festival Banlieues Bleues 2013

Publié le par yannis

Le festival Banlieues Bleues fêtait ses 30 ans ! Trois décennies pendant lesquelles le festival a fait vibrer la Seine-Saint-Denis. Et pour autant, point de lauriers ou de retour sur l'histoire de ce merveilleux festival. La programmation se veut toujours autant tournée vers l'avenir: explorer les coins et recoins les plus décoiffants et les plus divers du jazz et des musiques qui s'en inspirent.

Un maître mot: l'esprit d'ouverture, loin des chapelles et chemins déjà tracés. Comme le dit si bien Xavier Lemettre - directeur du festival - " Banlieues Bleues, c'est de l'art singulier, non formaté, et surtout pas de la duplication de choses qui marchent".

La nouvelle édition s'inscrit dans le futur: "faire avancer les artistes, faire découvrir du nouveau au public". Et les actions musicales (rencontres, ateliers avec collèges, écoles de musique et conservatoire de la Seine-Saint-Denis) sont consubstantielles à la programmation artistique. Elles se font sur le terrain avec les artistes. Cela ancre le festival sur le territoire, produit du sens (social) et ces actions donnent des résultats passionnants.

Les atouts de ce festival cher à mon coeur ? Comme l'énonçait si bien l'édito de cette trentième édition, "une programmation novatrice et métisse qui part du jazz pour mieux s'en détacher et une approche qui concilie exigence et proximité".

 

Daniel Humair Quartet "Sweet and Sour" ( La Dynamo de Pantin; 22.04.2013)

Maître du drumming et de l'invention percussive, le batteur Daniel Humair se remet en jeu avec de jeune agitateurs surdoués. Celui qui pendant plus d'un demi-siècle a crapahuté avec le gratin doré de l'histoire de jazz (Martial Solal, Eric Dolphy, Chet Baker, Jim Hall, Lee Konitz)  ne regarde pas son passé. Il ne cesse de se projeter dans le futur et de se régénérer au contact de la nouvelle scène la plus vivifiante, avec notamment deux jeunes éléments tonitruants de l'improvisation: le saxophoniste Emile Parisien et l'accordéoniste Vincent Peirani - de véritables funambules qui poussent leur instrument dans leur retranchements les plus féconds. Ces deux pépites sont à suivre et à voir en live !

DSC02532-001

Daniel Humair: batterie; Emile Parisien: saxophone; Vincent Peirani: accordéon; Ivan Gélugne: contrebasse.


Kamilya Jubran & Sarah Murcia Duo (Bobigny; 26.04.2013)

Deux fortes personnalités musicales croisent leurs cordes magiques pour un duo lumineux où l'improvisation féconde les traditions et élargit les horizons. La chanteuse et oudiste Kamilya Jubran et la contrebassiste Sarah Murcia se sont rencontrées en 1998 au sein de Sabreen, groupe palestinien tutélaire dont Kamylia était la vedette et que Sarah intégra pour une tournée et un album.

Malgré des parcours séparés, elles ont pris le soin et le temps de prolonger l'expérience pour trouver un terrain d'entente musical, une réelle union dans leurs cordes. Cette complicité musicale a accouché d'un projet devenu un disque désormais, Nhaloul ("métier à tisser" en arabe), un recueil de poèmes bédouins ou contemporains qui met en lumière leur dialogue musical et parfaite harmonie (au sens propre, comme au sens figuré). De magnifiques mélodies et de fines harmonies. Un bijou musical.

DSC02552-002.jpg

Kamilya Jubran: oud et chant; Sarah Murcia: contrebasse. 

 

Marcel, Rami & Bachar Khalifé (Bobigny; 26.04.2013)

Une histoire de famille où le célèbre chanteur et oudiste libanais Marcel Khalifé convie ses deux fils. Comme il le dit lui-même: "Si nous n'étions pas nés dans la même maison, je gage que nous nous serions quand même rencontrés dans la vie". 

Au Liban, Marcel Khalifé est considéré comme une institution. Chanteur et oudiste, il s'est inspiré des plus grands poètes, comme le palestinien Mahmoud Darwish, tout en rénovant totalement l'utilisation de son instrument. Les mêmes ambitions habitent ses deux fils, le pianiste Rami et le percussionniste Bachar, tous deux formés au conservatoire et tous les deux branchés sur le jazz et l'électronique. Un trio spectaculaire qui se retrouve dans une même volonté musicale de s'affranchir des codes érigés. Liberté musicale, percutante et saissante.

DSC02568-002.jpg

Marcel Khalifé: oud et chant; Rami Khalifé: piano et claviers; Bachar Khalifé: percussions.

 

Publié dans Festivals - Concerts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article