In My Mind: Monk at Town Hall 1959 @ Cité de la Musique (02.03.2012)

Publié le par yannis

L'un des évènements musical de la rentrée !

 

Pour rendre hommage à l'un des plus grands musiciens du 20ème siècle, Thelonious Monk, le pianiste Jason Moran a conçu un évènement original. Un concert multimédia où les photographies de W. Eugène Smith et des extraits de conversations (notamment avec son arrangeur Hall Overton) accompagnent une relecture de la musique jouée par Monk lors d'un des concerts historiques dans l'histoire du jazz que chacun peut réécouter: "The Thelonious Monk Orchestra at Town Hall" (1959).

 

Orchestra_at_Town_Hall.jpg

 

Une collaboration rendue possible par le San Francisco Jazz Festival qui confia cette recréation à Jason Moran. Ce dernier avait eu écho d'enregistrements des répétitions de Monk détenus par l'université de Duke Ellington. Le compositeur de Round Midnight est d'habitude peu bavard, mais cette fois-ci pour son premier concert avec big band, Monk était obligé d'expliquer les rouages de ses compositions, ses attentes envers les musiciens ...

 

jason moran

 

Jason Moran, piano / Tarus Mateen, basse / Nasheet Waits, batterie / Byron Wallen, trompette / Jason Yarde, saxophone alto / Denys Baptiste, saxophone ténor / Fayez Virjii, trombone / Andy Grappy, tuba

 

L'originalité du concert de Jason Moran vient de son désir de ressusciter ce concert en mêlant musique et images du concert de 1959, d'y intégrer la voix de Monk, mais aussi de doubler la musique originale de Monk en compagnie de 7 musiciens.

 

Mais plutôt que de parler en terme élogieux cette magnifique soirée, je vous laisse lire la note de programme rédigée par Vincent Bessières:

 

Le 28 Février 1959,Thelonious Monk donne un concert au Town Hall de New York quasi unique en son genre: il n'y apparaît pas comme de coutume en quartette mais à la tête d'une formation de dix musiciens qui interprètent un florilège de ses compositions spécialement arrangées pour l'occasion. Epaulé par le compositeur Hall Overton, Monk a soigneusement préparé ce concert très particulier, notamment par une série de répétitions qui se sont déroulées dans un immeuble du Flower District de Manhattan , dans lequel plusieurs artistes ont installé leur loft. Parmi eux, le peintre David X. Young mais surtout le grand photographe W. Eugène Smith, passionné de jazz, qui a pris l'habitude d'enclencher son magnétophone dès qu'une note de musique se fait entendre dans les étages.

 

Lorsque, un demi-siècle plus tard, Jason Moran a reçu la commande de "relire" les pages de cet illustre concert, le jeune pianiste a fait mieux que de se repasser le disque tiré du concert par le label Riverside: il s'est immergé dans les bandes de Smith qui gardent la mémoire du processus qui a mené Thelonious Monk des répétitions jusqu'à la scène. Non dans un souci de reconstitution mais pour s'imprégner de l'esprit de Monk, pénétrer ses mystères, sa présence, son phrasé, et approcher ce personnage singulier de l'histoire du jazz. Ancien élève de Jaki Byard, compagnon de route de Charles Mingus et d'Andrew Hill, figure avant-gardiste du label Blue Note, Jason Moran est un pianiste qui peut légitimement se revendiquer de l'influence de Monk. Par son ancrage dans une tradition qui remonte jusqu'à l'école du piano stride, par son sens du discontinu et ses ambiguïtés harmoniques, par la dimension percussive de son toucher, qui rappellle les angularités de Thelonious. Pourtant, Moran n'avait que peu joué sa musique. Il a fallu ce projet exceptionnel pour qu'il s'y attaque.

 

Plutôt que de rejouer le répertoire à l'identique, le pianiste de Houston a pris le parti de le distancer, de le livrer tel qu'il résonne dans son esprit: In My Mind, tel est le sous-titre de ce concert dans lequel, casque sur les oreilles, Jason Moran joue avec, joue contre, joue par-dessus ou par-dessous la musique de Monk. " J'essaie de ne pas l'aborder comme le contenu d'un CD mais comme un objet, explique-t-il. Comme si je n'en avais pas grand-chose à faire - alors que c'est tout le contraire!". Une approche décalée, loin de la reprise révérencieuse, qui témoigne de l'impact durable sur son travail de la pensée hip-hop avec sa culture du sampling, ses mises en boucle et ses techniques de copier/coller, ou bien de ses collaborations avec des artistes contemporains tels Adrian Piper ou Kara Walker.

 

 

 


 

 

Publié dans Festivals - Concerts

Commenter cet article