Charlie Parker et son héritage: Jacques Vidal 4tet @ L'Abbaye Jazz Club (28/10/2010)

Publié le par yannis

DSC05040-1.jpg

 

Rendez vous pris pour le 3ème concert thématique (projet dont Jacques Vidal est à l'origine), autour de la musique de Charlie Parker, l'un des chefs de file du be bop. Une musique élaborée en marge de tout orchestre constitué et autour de ces deux chefs de file et solistes remarques, Charlie Parker et Dizzy Gillespie, et par un groupe de jeunes musiciens (Charlie Christian, Thelonius Monk, Kenny Clarke en autres) qui se retrouvaient à Harlem, au Monroe's Uptown House et au Minton's Playhouse après leur travail régulier.

 

Première révolution de la musique afro-américaine, le be bop diffère des jazz qui l'ont précédé  essentiellement par la discontinuité de la ponctuation et l'élargissement des bases harmoniques dans lesquelles surgissent des gammes par tons et des accords de passage.

 

Les standards et thèmes anciens sont réécrits et reharmonisés ... Ainsi, "I've got rythm" de George Gershwin donne naissance à trois compositions de Charlie Parker, et non des moindres: "Chasin the Bird", "Constellation" et "Moose the mouch". Un renouvellement du langage musical !

 

Et c'est bel et bien une invitation à découvrir cette belle musique auquelle le quartet de Jacques Vidal nous invitait. Et ce, après l'intervention de Frank Médioni qui introduisait les musiciens et évoquait l'apport de Charlie Parker au be bop.

 

DSC05034-1.jpg

 

Un concert d'une heure et demi avec un pianiste d'une grande discrétion, finesse et sympathie, accompagnateur le plus recherché de la scène parisienne, Alain Jean Marie, qui au rythme des accords et syncopes  relançait l'inspiration et a su nourrir le rare talent du saxophoniste Pierrick Pedron, le tout accompagné tout en musicalité par Jacques Vidal à la contrebasse et Philippe Soirat à la batterie. 

 

Je vous invite à découvrir toutes les photos du concert en cliquant ICI !

Publié dans Festivals - Concerts

Commenter cet article

L.D. 01/11/2010 09:17



Yannis, ou l'art de te faire regretter, en une demi-douzaine de photos et à peine plus de lignes, d'avoir été ailleurs ce soir-là.


Ah, Alain Jean-Marie... je peux dire que c'est notre Hank Jones à nous ?



yannis 03/11/2010 21:05



Tu as bien évidemment le droit :-)


Et je dirais même que pour avoir eu l'occasion d'écouter les deux et su apprécié, outre leur musicalité, leur bonne humeur communicative, ta remarque est des plus judicieuses !


Et, qui plus est, Alain Jean Marie, tout en timidité, est un gentleman qui prend le temps de discuter avec son audience.


merci de ton passage lady domi