Carnet musical: entretien avec Yann Negrit pour la sortie de son 1er album "Wild Ka"

Publié le par yannis

 

001.JPG

 

A l'occasion de la sortie de son premier album "Wild Ka" et de deux concerts live donnés à Paris au Sentier des Halles et au Baiser Salé, Yann Negrit a bien voulu répondre à quelques questions et évoquer son projet longtemps mûri, un mélange de divers univers musical: jazz, métal et gwo ka.

 

 

Bonjour Yann. Tu viens de sortir ton premier album « Wild Ka ». Peux-tu nous dire dans quel environnement musical tu as grandi ?

 

A l’adolescence, j’ai commencé la guitare par du rock en écoutant des groupes comme RHCP, Rage Against the Machine, Nirvana, Guns & Roses, Metallica … etc. Peu de temps après, j’ai évolué en écoutant plus de jazz : Al Jarreau, Georges Benson. Ensuite, cela a été le retour aux sources avec la découverte du ka par le biais de groupe comme Horizon. Mon parcours a été fait de découvertes : le rock, le jazz puis le ka.

 

Que ce soit en live ou sur ton premier album, on note la place très importante que tu accordes à la section rythmique. Peux-tu nous en parler, et notamment du ka ?

 

En live, oui. D’ailleurs, ce qui est retranscrit en live émane de toute façon des arrangements musicaux que j’ai pris le temps d’élaborer. La rythmique, le groove, c’est la base de ce projet. Il était important de retranscrire des émotions qui soient à l’image de ce que j’aime : le groove, l’énergie, les rythmiques puissantes.

 

Qu’est-ce que le ka ?

 

C’est la musique de mes ancêtres basée sur les tambours. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, la musique traditionnelle n’est pas la biguine, ni le zouk. A la toute base, c’est le Ka. Le Groka, le Ka étant le diminutif.

 

DSC07151-002.jpg

 

Dans ton jeu à la guitare, on note l’influence d’un Georges Benson. As-tu d’autres influences musicales ?

 

Steve Vai, Tony Macalpine, Georges Benson. Ça c’est pour les guitaristes. Mais j’écoute aussi beaucoup de pianistes, de soufflants. Michael Brecker que j’aime beaucoup. J’écoute énormement Monty Alexander en ce moment, qui est absolument génial. J’écoute tous les instrumentistes. Je ne suis pas cantonné à mon instrument qui est la guitare. C’est ce qui – humblement – me permet d’évoluer et de développer – je l’espère – un jeu atypique.

 

Peux-tu nous parler des différentes rencontres musicales que tu as faites et qui ont formé le musicien que tu es aujourd’hui ?

 

Il y a eu de nombreuses rencontres. Ce qui a été essentiel dans mon processus musical, c’est le fait d’aller en jam session, et de pouvoir rencontrer des musiciens comme Paco Sery, Michel Alibo, Damien Schmidt, Stephane Castry, Mario Canonge, les frères Fanfan … Ces rencontres ont été le meilleur de ma formation musicale.

 

DSC07217-001.jpg

 

Quel est le programme de tes prochains concerts ?

 

Je m’envole le 12 décembre prochain en Guadeloupe pour le festival Ilojazz qui se tient à Point à Pitre. En compagnie de Damien Schmidt, Michel Alibo, Dominique Toliau au ka et Jonathan Jurion. Nous sommes programmés en première partie de soirée. En deuxième partie de soirée, il y aura Cheick Tidiane.

 

Quel est le dernier album que tu as écouté ?

 

Le dernier album … Monty Alexander. Comme j’accompagne depuis peu Alpha Blondy, je me suis intéressé aux différentes formes de reggae. Je trouve que Monty Alexander est vraiment étonnant à ce niveau là. Il est dans une démarche de mélange, de métissage : reggae et jazz. Son approche m’intéresse, car pour ma part je fais un mélange entre le jazz, le ka et le métal. Je suis sensible à ce genre de démarche. Tout simplement.

 

177030_10151071190871685_766775888_o.jpg

 

Si tu avais trois souhaits à émettre, lesquels seraient-ils ?

 

Avoir pleins de guitares (rires).

 

Tu en as combien ? J’en ai dix mais c’est encore trop peu (rires)

 

Sinon, c’est de continuer à faire de la musique. Ne pas tomber dans des travers de musique commerciale. Rester authentique. Le dernier vœux … la santé.

 

Un vœu à formuler pour ceux qui te suivent et t’écoutent ?

 

Tout d’abord, merci ! Mon vœu pour eux : la santé. Et dans ce monde qui est parfois difficile, garder l’espoir.

 

ClickHandler.ashx.jpgYann Negrit - Wild Ka (disponible dans toutes les FNAC)

Publié dans Let the music play

Commenter cet article