A riot called Nina - Napoleon Maddox and the Boxettes (Banlieues Bleues 2011 @ La Courneuve - 20/03/2011)

Publié le par yannis

A riot called Nina

 

 

Napoleon MaddoxHuman Beatbox, voix, compositions

Sophia DomancichPiano, composition

The Boxettes : Bellatrix, Yvette, Neo, Ellie Beatbox, voix

La chorale des collèges Jean Vilar de La Courneuve, Henri Wallonet Rosa Luxembourg d’Aubervilliers.

Ateliers chant dirigés par Ange Fandoh(direction de chœur, voix), Jackeline Rodrigueset Samuel Darnal(piano) en collaboration avec Sylvaine Dossouet Yannick Merlin, professeurs de musique.

 

DSC07201-1

 

Des voix entre chants et boîtes à rythmes organiques, des samples évocateurs, un piano vagabond pour un hommage bouleversant à la grande prêtresse de la soul mené par un chanteur et rappeur stupéfiant d’ingéniosité, Napoleon Maddox.

 

DSC07178-1-copie-1.jpg

 

Comment célébrer le talent inouï de Nina Simone ? En revisitant ses chansons phares ? En essayant d’imiter son timbre et son engagement sans pareils ? Non, en récréant, en digressant, en divagant sur son œuvre, sur ses mots, sur sa voix. C’est le défi qu’à relevé avec réussite Napoleon Maddoxdans cette création bouleversante d’inventivité.

 

Napoleon Maddoxn’est pas un inconnu. Bien au contraire ! C’est un habitué du festival Banlieues Bleues : Roy Nathanson & the Jazz Passengersen 2008, Phat Jamavec Archie Sheppen 2009, et au sein de la formation de Hamid Drake & Binduautour du projet « Reggaeology » en 2010.

 

Rappeur, chanteur et beat-boxeur aussi à l’aise avec le hip hop de Public Enemyqu’avec le jazz d’ArchieShepp, fondateur de l’inclassable groupe IsWhat ?!, l’Américain s’approprie les hymnes de la prêtresse soul en compagnie de musiciennes impressionnantes, de la pianiste Sophia Domancichaux virtuoses anglaises du beatbox, the Boxettes.

 

DSC07167-1.jpg

 

Ce concert était aussi l’occasion de permettre à des collégiens de découvrir la musique de Nina Simoneet de se plonger dans une aventure musicale et humaine inédite. Echanger, travailler, inventer et participer à un beau projet artistique sous la responsabilité de musiciens engagés. La voix et l’une des expressions les plus contemporaines, le « human beatbox », sont le vecteur du projet « A riot called Nina » pour lequel Napoleon Maddoxet The Boxettes,venus respectivement de Cincinnati et Londres, ont monté une chorale d’un nouveau type avec une centaine de collégiens apprentis beat-boxers. Cette action musicale (parmi tant d’autres réalisées par le festival Banlieues Bleues et le département de Seine Saint-Denis) est le miroir de la diversité du festival et des univers qu’il fait découvrir. C’est aussi une action, parmi tant d’autres, permettant et facilitant l’accès à la culture pour tous. Pour cela, le festival Banlieues Bleues doit être remercié et célébré.

 

DSC07209-1.jpg

 

Emotions inédites à l’occasion de ce concert au Centre culturel Jean Houdremont de La Courneuve. Et une prestation éclatante qui a su rendre hommage à l’univers de Nina Simone, laquelle croisait déjà à son époque tous les mondes musicaux : jazz, blues, classique et variété.

 

Reconnue après sa disparition comme l’une des trois ou quatre grandes chanteuses du 20èmesiècle, elle est ancrée dans la mémoire collective pour ses prestations fulgurantes, son jeu au piano, sa sensibilité à fleur de peau, ses chansons inoubliables et notamment pour son engagement dans la lutte pour les droits civiques. Et force est de constater que son art résonne aujourd’hui encore plus que jamais au début de ce nouveau siècle, marqué par les discriminations sociales, raciales et économiques dont sont victimes une partie de la population. Avec l’énergie et le punch qui était le propre des concerts de Nina, souvent sur le fil, le rappeur et beatboxer Napoleon Maddoxa rendu un vibrant hommage en rendant toujours aussi vivante et actuelle sa musique et en y introduisant les musiques urbaines comme le beatbox et le hip hop.

 

DSC07206-1

 

On a pu ainsi apprécier une relecture très forte et intéressante de certains standards de Nina Simone, comme « Nobody knows when you’re down and out », « Wild is the wind », « Feeling good », « Ne me quitte pas », « Throw it away », « Mississipi Goddam » et en final avec les enfants de La Courneuve et d’Aubervilliers la composition « Ain’t got no – I got life ». Mais également des compositions inédites de Napoleon Maddox, dont vous trouverez ci-dessous les textes.

 

 

A Starver’s Clause

 

I went to the bank & they sent me out

Cause I can’t take dough from any empty account

It makes sense to me, no doubt

But what about the billionaires they bailing out

 

Executives flying them private planes

Babies is growling with hunger pains

I hear a lot of speeches but none explain

Whats the crisis, the rich still again

 

So I turn around went back in the bank

With drive and force of an army tank

Face the bank-man with no shame at all

And said what the diff between Mesrine and yall ??

 

Now half the rappers want gold & ice

To bring some status to their average life

But that’s nothing new what these fools like

They used to call it royalty but now it’s trife

& I’m a new breed with a fresh demeanor

You can’t shame me none, shut me up neither

Spit cold on a track that’s hot like fever

Show the dirt of the word and still come out cleaner

I can turn the worse liar to a true believer

& make you understand you never really knew Nina

 

You don’t have to like me

But you must respect the fact

I gave weapns to the young gifted & black

Blow wild wind thru your soul

& became Pirate Jenny when she came to attack

Came to feed you with that strong soul food

When the classical elitist were just too rude

Before the west coast gangsters w/attitudes

I was telling the truth about the red white & blue

So when there’s more we wealth now than ever before

What the hell people starving for?

I spoke the fight & showed you how

I’m riot called Nina try to stop me now

 

Soul Intact

 

Fight like

Malcom Fawcett Farrah Little

I say it straight it ain’t no riddle

Thought you could play me like a fiddle

But the bed still burning like a lonely griddle

Beat my sisters, we pouring gas

& Fix cocktails that spill with a blast

This ain’t no problem from back in the past

S o we bring today, up to date wrath

Keep hands to yourself or draw back a nub

It might sound like hate to you, but it’s LOVE

 

Pirates

 

I know it’s hard to tell but I can’t wait

To re-fry your beans & wash your plates

Coming across the borders of the southwest states

Becoming irritants cause we migrate

And you regard me a spic with no remorse

As we add to the ranks of your work force

This Texas was Mexico of course

And it’s Africa too, west coast & north

 

You never stop to think of all my strength

You think it’s yours take, not my gift

Yet with the same power I use to uplift, I could smash down,

You got me making a fist

But which of these refugees

Can you really expect

To forever neglect & disrespect

Cause you never really know who might be

An MC, a president or a pirate like me

 

 

I want more (Malcom)

 

I’m from Omaha

But had to meet Detroit

So I could meet myself

When I reach the joint

To speak truth vile

Cause its too foul

To ever get it right

With a safe style

I had to break file

And go rank and file

And then break ranks

But I’m still saying thanks

To the honorable

Playing deadly pranks

The honor of his image

That he gave us false

Gave me enough for a Hajj

To save the lost

The lost forever be

But I was saving me

By redefining what

My people call bravery

Then they struck me down

Just for standing up

But in Pisa you can still me standing up

Saying that’s enough

When that’s enough

 

DSC07163-1-copie-3.jpg

Publié dans Festivals - Concerts

Commenter cet article