Bye, Bye, Slava !

Publié le par yannis

Avant d'arriver au jazz et à la trompette, je suis passé par la musique classique, et notamment l'alto. D'où cet article imprévu suite au décès du violoncelliste Rostropovitch. Je ne suis pas du genre à faire la "biographie-nécrologique" ... Mais j'ai en mémoire comme tout le monde, je suppose, la chute du mur de berlin en novembre 1989 et slava improvisant sur place un concert dans une atmosphère de liesse et de recueillement ( la vidéo du journal télé allemand de l'époque est  ICI). 

Un musicien qui, au delà de sa virtuosité, a montré que art peut rimer avec engagement citoyen et politique, celui-ci ayant pris par exemple la défense de Prokokiev et Chostakovitch, ainsi que de l'écrivain Soljenitsyne contre le pouvoir politique de Staline.

Pour être concis, je vous mets ci-dessous une partie de l'interview de Rostropovitch parue dans le Monde du 16 mars 2006, ainsi que la vidéo de la "Bible" révérée des violoncellistes, les Sonates de Bach (qui sonnent très bien aussi avec l'alto par ailleurs...).

Le Monde du 16 Mars 2006:

"En 1945, je me suis présenté au prestigieux Concours de l'URSS à Moscou, qui n'avait plus eu lieu depuis la guerre, et dont Chostakovitch était président du jury. L'âge limite avait été changé pour que le pianiste Sviatoslav Richter, qui avait alors 31 ans, puisse concourir. Nous avons eu le premier prix, ex-aequo. Alors Chostakovitch m'a dit : "Slava, vous êtes fatigué. Je pars en vacances avec ma famille dans une maison de compositeur et je vous invite à venir vous reposer avec moi." Pendant deux semaines, j'ai donc partagé la vie de famille de Chostakovitch, avec sa première femme, Nina, et ses deux enfants. Dans cette petite ville d'Ivanovo, située dans la province profonde non loin de Moscou, il y avait un marché aux puces. Une fois que nous nous promenions, Chostakovitch m'a dit : "On va aller voir ce magasin." C'est là que j'ai essayé mon premier smoking. Chostakovitch me l'a offert, et je l'ai gardé jusqu'à mon expulsion de Moscou, en 1974.

Je ne pouvais pas exister sans Chostakovitch. On se voyait tout le temps, il venait à tous mes concerts. Mais en tant qu'interprète de ses œuvres, je ne lui ai jamais demandé un conseil. Il était très délicat et n'aimait pas blesser les autres, au contraire de Prokofiev. Il pouvait même mentir pour ménager une susceptibilité. Il ne montrait jamais à personne ses œuvres en cours de composition. Mais il m'a quand même laissé lire le Deuxième Concerto avant son achèvement, ainsi que deux cadences pour lesquelles j'ai osé lui donner quelques indications, qu'il a gardées.

Quand il a eu fini le Premier Concerto, je suis venu le voir à Saint-Pétersbourg avec mon violoncelle. Il habitait chez sa sœur. Il était très angoissé, et moi encore plus. Il a commencé à jouer au piano. Quand il a terminé, j'étais bouleversé et je le lui ai dit. Mais il n'y croyait pas : "Dites-moi la vérité. Réfléchissez bien, je peux le rejouer, dites-moi si ça vous plaît vraiment." J'ai répondu : "Regardez mon visage…" Alors il m'a dit : "Permettez-moi de vous dédier cette œuvre." En 1960, alors que je rentrais d'une série de concerts, ma femme me dit que cela faisait deux jours que Chostakovitch me cherchait. Il voulait que je vienne le voir le plus vite possible. Il avait commencé les répétitions du Huitième Quatuor avec le Quatuor Beethoven. "J'ai fait un enregistrement, me dit-il, pour pouvoir vous le faire entendre." Il y a toute sa vie dans cette œuvre, composée à la mémoire des victimes de Staline : les initiales de son nom, DSCH, et des citations de sa Première Symphonie, de la Cinquième, de son opéra Lady Macbeth, de son Premier Concerto pour violoncelle, etc. Quand on a eu fini d'écouter la musique, on a tous les deux pleuré. Il m'a dit alors : "Enfin, j'ai écrit une œuvre que je voudrais qu'on joue à mon enterrement.""

Suite N°1 de Bach - G Major:

 
Rostropovich suite Bach1

Publié dans Let the music play

Commenter cet article

Christian 30/04/2007 23:07

Je crois que Yannis aime bien la trompette et le violon-alto ! :)

y. 01/05/2007 00:01

En toute subjectivité :-)

Milady 30/04/2007 10:39

Me revient en mémoire une phrase de Richard Davis... comparant le violoncelle à la voix humaine et expliquant que c'était cette similitude qui faisait que le son de cet instrument nous touchait autant... «D'une chanteuse qui a une jolie voix, on dit 'Her voice is mellow as a cello'».Fichue semaine pour la musique, pas vrai ?

y. 30/04/2007 12:17

J'ai une préférence pour le son du violon-alto :-)

Christian 29/04/2007 11:59

Vive Rostropovitch et Chostakovich ! Et vive Bach ! Et bien après leur mort...
J'ai découvert cette musique il n'y a pas si longtemps. Et Bach me bouleverse souvent, les sonates pour violoncelle, mais surtout les sonatas et partitas pour violon seul !

y. 30/04/2007 09:04

Sonatas et partitas qui peuvent également se jouer à l'alto :-)