Au Pershing Ballroom ...

Publié le par y.

Petite anecdote tirée du livre de Jean-Pierre Jackson intitulé "Charlie Parker" où il évoque un concert au Pershing Ballroom de Chicago, avec Bird, Dizzy et son grand orchestre. Un livre que je vous conseille de lire.

Elmont Wright, l'un des trompettistes de l'orchestre, raconte cette soirée: " On jouait dans les salons d'un hôtel; notre invité d'honneur était Charlie Parker (...) Une nuit delirante, croyez-moi. Diz et Bird, ensemble !Bird, c'est le maître, ça ne fait aucun doute. Et Dizzy a dû se dire ce soir-là, dans sa tête: " Je ne vais pas me laisser écraser, mais alors pas du tout!". Et les voilà partis, avec le grand orchestre derrière eux. Dingue ! Un gus avait tout enregistré sur magnétophone à fil et nous l'a fait écouter après. J'en ai eu des frissons dans le dos".

De même, le guitariste Jimmy Gourley, présent dans la salle, s'en souvient: " James Moody manquait de défaillir à chaque instant tant les interventions de Parker étaient fortes. Il ne s'arrêtait jamais de jouer, sauf durant les solos de Dizzy, eux aussi formidables. Mon Dieu ! Nous avons tellement crié que nous en sommes restés aphones".

De même, le saxophoniste baryton du big band de Dizzy (rapporté par Dizzy dans son autobiographie To be or not to Bop) précise les choses: " Diz et Bird prenaient six, sept chorus, tous différents, des notes, des idées, une couleur différentes. Voyez-vous, Bird et Diz étaient arrivés à un niveau où ils pouvaient jouer tout ce qu'ils voulaient. Du free jazz, si l'on veut ".

Publié dans Anecdotes & Citations

Commenter cet article

Milady 20/04/2007 18:17

Gnagnagna.En attendant, je suis tout à fait d'accord avec ce que dit Aurélie sur la photo numérique et la retouche à outrance.

y. 21/04/2007 01:20

D'ailleurs, sur mes photos en bannière, il n'y en a que deux sur onze de retouchés. Celle de l'arc de triomphe, et celle du jacqueline kennedy onassis reservoir (mais légèrement celle-ci). Les restes sont originales.
Photoshop, j'ai regardé et, devant mes efforts répétés et vains, je me suis concentré sur les spécificités du numérique pour bien l'utiliser.
Par ailleurs, je me souviens qu'à NYC, du fait de la luminosité naturelle (un ciel bleu et dégagé la plupart du temps), je n'avais vraiment pas besoin de retoucher les photos. Puis le numérique permet de prendre plusieurs poses, et au final de ne garder que la meilleure. Au pire, on y retourne reprendre la photo.
Donc plutôt d'accord sur la différence entre photographe et retoucheur ( en tout modestie, n'étant pas un photographe moi-même).

Milady 20/04/2007 17:38

Plouf Aurélie !Tiens, je crois que je sais quel sera mon prochain blindfold, moi...

y. 20/04/2007 17:46

Quelle farceuse, cette lady domi ! :-)
 

reliedam 20/04/2007 16:48

Wouaw, je crois que j'adore ton blog mais je ne sais pas encore pourquoi lol.
Je découvre armstrong en profondeur, évidemment, je tombe raide amoureuse, et c'est ce virtuose qui m'a amené à ton blog via notre bien aimé google.
La musique est mon sang mais je commence seulement à découvrir toute l'étendue du fleuve musical mondiale qui coule sur notre belle planète depuis quelques centaines d'années...
En résumé, après avoir flotté à la surface des musiques du monde, je plonge dans ses profondeurs, et je pense que ton blog est un sous-marin digne de ce nom.
Je ne sais pas ce que j'ai à métaphoriser sur l'eau comme ça mais bon ! lol !
Bref, super blog, merci, big bisous, à bientôt, je vais bien me nourrir de tes articles à mon avis ;)!
Thanx a lot !
Kisss !
Aurélie

y. 20/04/2007 17:45

Ah sacré google :-)
Merci pour tous ces compliments ... (non je ne rougis pas :-)
Belle métaphore aquatique. J'espere que tu trouveras des articles à même d'étancher ta soif ! ( oui moi aussi je peux jouer sur les mots, hein ;-)
Et également jouer au quizz musical de lundi prochain. Il sera un peu corsé mais l'identité de cet artiste devrait te plaire. Je ne dis plus rien, au risque d'en dire trop.
A bientôt

Milady 20/04/2007 07:20

Gaston : le "gus" en question était Dean Benedetti, et si mes souvenirs sont bons il n'enregistrait que les solos de Bird ! Si on en croit la légende, quand le patron lui interdisait d'enregistrer, il allait se planquer avec son magnéto dans les toilettes...Il me semble bien que certaines de ces bandes ont été éditées, mais encore une fois on n'y entend que le Zoizeau... dommage.Jean-Pierre Jackson est aussi un très bon batteur, à entendre sur (pub) le Tenderly d'Alain Mayeras, chroniqué sur le Jazz Coin il y a des lunes.[ HS : le nombre de signataires de la pétition me semble avoir un peu augmenté depuis que j'ai commencé à faire passer l'info sur My Space, non ? Je continue ! ]

y. 20/04/2007 09:46

Re HS: Ouhlala de 98 personnes, on est passé à 140 signataires ... Pourtant avec 300 lecteurs en moyenne par semaine actuellement et le peu de temps que ça prend de renseigner les champs, on devrait avoir atteint au moins .... 1000 personnes. 
Un peu dans le style ... " nous partîmes à 100 et nous arrivâmes au port à quelques milliers ... ".

gaston 19/04/2007 23:11

mais pourquoi ces bandes n'ont jamais été éditées ? encore un mystère.à mon avis pour avoir une bonne idée de ce que pouvait faire diz & bird ensemble on a comme témoignage le concert du 22 juin 45 au Town Hall de NYC, réédité assez récemment avec max roach ou sid catlett aux dms et don byas au ténor ( beaucoup mieux à mon avis que le concert de toronto )