Strange fruit

Publié le par y.

Le post musical de la semaine fait cette fois-ci la part belle à une musique et un texte engagé, « Strange Fruit » interprété pour la première fois par Billie Holiday en 1939, au Café Society de New York.

Tout d’abord, cette chanson se démarque du répertoire habituel de Billie Holiday, plus connue pour interpréter des morceaux de jazz et de blues à même de séduire et émouvoir son public. Ce morceau écrit et composé par Abel Meeropol compte parmi les réquisitoires artistiques les plus vibrants contre les lynchages couramment pratiqués dans le sud des Etats-Unis. Cette chanson est également considérée comme l’une des premières manifestations musicale du mouvement pour les droits civiques dans ce pays.

Ce « fruit étrange » évoqué dans le morceau est le corps d’un noir pendu à un arbre. La puissance émotionnelle du texte tient à son évocation de la vie rurale traditionnelle dans le sud des Etats-Unis, qu’il confronte à la dure réalité du lynchage. Le terme « Strange Fruit » est d’ailleurs devenu par la suite synonyme de lynchage.    

 

Southern trees bear strange fruit / Blood on the leaves / Blood at the root / Black bodies swinging in the southern breeze / Strange fruit hanging from the poplar trees

... for the sun to rot / for the tree to drop / Here is a strange and bitter crop. »

Les arbres du Sud portent un étrange fruit / Du sang sur les feuilles / Du sang aux racines / Un corps noir se balançant dans la brise du Sud / Etrange fruit pendant aux peupliers … pourri par le soleil, il tombera de l’arbre, étrange et amère récolte.

 Le contexte historique : Un racisme profondément encré, selon le principe « séparés mais égaux » (l’égalité étant rarement au rendez-vous), et une pratique courante de lyncher les noirs notamment dans les Etats du Sud. 

L’auteur et compositeur: Abel Meeropol était un enseignant juif d’origine russe vivant dans le Bronx et membre du parti communiste américain. Après avoir vu des photos du lynchage de Thomas Shipp et d’Abram Smith, il écrivit alors le poème « Bitter Fruit » qu’il publia sous le pseudonyme de Lewis Allan dans le magazine « New York Teacher » et le journal communiste « New Masses ». Par la suite, il mit le poème en musique. Celle-ci fut interprétée pour la première fois par l’épouse d’Abel Meeropol lors d’une réunion organisée par le syndicat des enseignants de New York. « Strange Fruit » acquit une certaine popularité au sein de la gauche américaine. C’est Barney Josephson, le propriétaire du Café Society de New York, qui décida de présenter Abel Meeropol à Billie Holiday. La suite est désormais connue … 

Première représentation : Après sa première interprétation du morceau au Café Society, la salle resta tout d’abord plongée dans un lourd silence puis de timides applaudissements se firent entendre, qui s’amplifièrent au fur et à mesure. Considérée jusque-là comme un chant de lutte communiste, ce titre prit une nouvelle dimension. 

 

Pour Billie Holiday, la chanson était soit une source de partage avec un public amical, soit un défi vis-à-vis d’un auditoire qui, selon elle, ne lui manifestait pas suffisamment de respect. Holiday, qui ne partait que rarement en tournée dans les Etats du sud, y interprétait rarement « Strange Fruit » par mesure de sécurité … Elle s’y essaya à Mobile, en Alabama, où elle fut chassée de la ville juste pour avoir entonné le morceau.

Enregistrements: Columbia Records, avec qui Billie Holiday était sous contrat à l’époque, refusa de produire l’enregistrement de « Strange Fruit ». La chanteuse obtint finalement l’accord de Commodore Records, une petite maison de disque new yorkaise  pour l' enregistrer. 

Paradoxalement, bien que ce morceau fasse partie intégrante de l’histoire de la musique américaine, il n’est que rarement interprété. Pour nombre d’auditeurs, la chanson, et notamment son interprétation par Billie Holiday, est jugée déstabilisante, voire douloureuse à entendre. Quant aux éventuels chanteurs, on peut aisément comprendre qu’interpréter un tel titre soit une véritable gageure, la version de Billie Holiday faisant date …

Répercussions: Pour le mouvement des droits civiques, « Strange Fruit », de par sa dimension symbolique, eut un effet comparable au refus de Rosa Parks de céder sa place à un Blanc dans un bus, le 1er décembre 1955.

Alors qu’en 1939, le Time Magazine qualifiait le morceau « Strange Fruit » de musique de propagande, le même magazine hissait, soixante ans plus tard, le titre au rang de chanson du 20e siècle. « Strange Fruit » a longtemps été « carmen non grata » à la radio aux Etats-Unis, et elle était également officiellement interdite sur les ondes sud-africaines du temps de l’Apartheid.

La chanson a progressivement pris une dimension apolitique, en tant que réquisitoire pour la dignité et la justice, tout en relançant la tradition de résistance et de protestation dans la musique et la culture noire américaine. Par ailleurs, ce titre a peut être révélé une chanteuse trop longtemps considérée comme une « simple chanteuse de variété ».  Une femme pleine d’assurance, tout à fait consciente du contenu et de l’effet de « Strange Fruit».  

Pour écouter le titre « Strange Fruit » de Billie Holiday, cliquer : Ici

Par la même occasion, un CD vient de sortir qui est très bien fait: une cinquantaine de morceaux de Billie Holiday choisis par André Francis & Jean Schwarz pour la modique somme de 9,99 euros.

Publié dans Let the music play

Commenter cet article

Christian 22/11/2006 00:26

Allez, je vous en propose deux autres versions :
- Robert Wyatt : http://media.putfile.com/Robert-Wyatt---Strange-Fruit
- Nina Simone : http://media.putfile.com/Nina-Simone---Strange-Fruit
Pas mal, mais aucune ne surpasse l'intensité dramatique de l'original...
 

y. 21/11/2006 23:46

Pour écouter le titre proposé par christian, cliquer: Ici
 

Christian 21/11/2006 23:39

Je te rajoute le lien vers le myspace de Kami Longa, un des artistes de Jade Muz : http://www.myspace.com/jademuzkami.
Kami Longa est à la fois inspiré par le jazz, le rock et le tango, ce qui est plutôt original ! Ces beats sont plutôt lents, cool et nostalgiques...

y. 21/11/2006 23:20

MERCI BEAUCOUP CHRISTIAN ! J'ai écouté le titre de jademuz " D'étranges fruits". J'ai beaucoup aimé !
D'ailleurs, je vais faire une modif à mon post en y rajoutant ce titre - un rajout nécessaire.

y. 21/11/2006 23:14

Rien de péjoratif dans le terme " chanteuse de variété". C'était juste pour relever qu'à son époque elle n'était peut etre pas reconnue à sa juste valeur...  Puis variété au sens " variété jazz", sans commune mesure avec la "variété en général".
Désormais tout le monde lui reconnaît son statut de lady of jazz. J'avoue avoir également un faible prononcé pour billie holiday: langoureux à souhait, une voix sans commune mesure exprimant à la fois la joie et une profonde tristesse parfois. Du jazz aux accents blues ... Une force qui se dégage d'une femme pleine de fragilités, tout à faire d'accord christian.