Festival Jazz à la Villette 2009: The Herbalizer & De La Soul (09/09/09) / Jacky Terrasson Solo & Hank Jones Solo (11/09/09)

Publié le par yannis

Une édition qui sentait bon l'inattendu avec plus de 200 artistes, 50 groupes, et près de 15 créations et projets inédites. Citons par exemple: Eric Legnini, Ron Carter, Mario Canonge & Alain Jean Marie, Stéphane Belmondo, Jacques Coursil, Jacques Schwartz Bart, Hank Jones, Ahmad Jamal, Yusef Lateef & Archie Shepp, et un trio phare du hip hop venu de Long Island De La Soul.

Je les aurais bien tous vu, mais j'ai finalement choisi De La Soul et le pianiste Hank Jones. Vous pouvez néanmoins voir quelques unes des vidéos live sur le site internet du Festival en cliquant ICI !

The Herbalizer - De La Soul "20 years High and Rising"
(La Grand Halle de la Villette) - 9 Septembre 2009



En 1ère partie, le groupe anglais The Herbalizer. Une paire d'experts des machines et platines, Jake Wherry et Ollie Teeba, qui mèlent jazz, funk et un esprit hip hop débridé. Avec en invité, la chanteuse soul Jessica Darling. Une première partie de belle facture, un grand mix jaz-funk, avec ce qu'il faut de soul ... Tout ce qu'il fallait pour préparer l'audience à la 2ème partie, le trio de Long Island, De La Soul.

Un groupe culte du hip hop que j'espèrais secrètement un jour voir en concert. L'occasion m'a été donnée de les voir pour leur 20 ans de carrière !  Seul absent de marque, Prince Paul, DJ et producteur du collectif De La Soul.

Deux albums référence: "3 Feet High and Rising" (1989) et "Stakes is High" (1996). Un groupe qui révolutionna le hip hop avec un cocktail de samples détonnant empruntant à des univers musicaux comme la pop et le jazz, et des textes à l'humour potache sur lesquels ils raillaient les postures du rap, à commencer par l'apologie de la violence et l'égo-trip surdimensionné.

Une démarche musicale joyeuse et positive, dans la lignée de Black Sheep, A Tribe Called Quest ... Des titres qui ont marqué une génération (la mienne!). A ré-écouter !

J'en profite également pour faire la promotion d' Ali Shaheed Muhammad, fondateur avec Q-Tip et Phife Dawg du mythique groupe A Tribe Called Quest, avec qui il a révolutionné le hip hop en 1989 à grands coups de soul, de jazz, de non-violence et d'introspection poétique. Il sera présent à la Bellevilloise, le vendredi 18 Septembre, pour un mix tribute A Tribe Called Quest et Native Tongues. Un dj set dédié aux meilleurs morceaux du groupe, ainsi que deux de De La Soul, Mos Def ou encore Common. Les français Jazz Liberatorz seront également aux platines.

Jacky Terrason Solo - Hank Jones Solo

Une soirée placée sous le signe de la note bleue, avec deux grands solistes.


En première partie, le pianiste Jacky Terrasson (lauréat du prix Thelonious Monk 1993). Lyrisme mélodique, audace et vélocité dans les tempos rapides. Un très beau discours musical, qui  sait être  percussif et parfois très intimiste. Jacky Terrasson a cette capacité à établir un rapport direct avec l'audience. Son jeu quasi-physique y est pour beaucoup. A découvrir, son site internet: http://jackyterrasson.com


Et en deuxième partie, une "légende vivante" du jazz: Hank Jones. Une qualité de toucher immédiatement reconnaissable: une grande délicatesse dans le phrasé, et à la fois une présence forte et une légèreté de ton. Cet éternel jeune artiste de 91 ans est d'une vitalité et d'une vivacité d'esprit incroyable, tout comme ses improvisations. Le tout en étant toujours d'une grande modestie.

Il a pourtant connu tous les pianistes phares du bebop, de Thelonious Monk à Bud Powell et Al Haig ... A accompagné Ella Fitzgerald pendant cinq ans, après avoir débuté avec le batteur Charlie Smith et le bassiste Ray Brown ... La liste de ses collaborations est bien évidemment longue (Charlie Parker, Lester Young, Wes Montgomery ...).

Citons quelques uns de ses albums. En tant que leader, "Urbanity" (1947-53 / avec Ray Brown et le guitariste Johnny Smith), " Sarala" (1995 / avec Cheick Tidiane Seck) et "Kids" (2006 / avec Joe Lovano en duo).
En tant que sideman, l'un de mes disques préférés: "Something Else" de Cannonball Adderley (avec Miles Davis à la trompette).

Je vous invite à vous procurer le magazine Jazzman de juillet/août 2009 qui consacre une interview de trois pages à Hank Jones. Comme il le dit si bien " J'aime le vertige de liberté qu'amène le piano solo".

A 91 ans, Hank Jones continue de courir les festivals. Au bout de ses doigts, toute l'histoire du jazz (à un an près, il a l'âge du jazz enregistré !).

Une soirée mémorable au cours de laquelle Hank Jones a interpreté des standards, tout comme ses propres compositions, et qui a répondu positivement aux cinq rappels consécutifs. Une belle leçon de vie et de piano.

J'aimerais terminer en citant un passage de l'interview paru dans Jazz Magazine: "Aussi loin que ma mémoire remonte, j'ai toujours vu des musiciens se démener pour chercher à faire bouger les lignes, proposer de nouvelles idées, formuler autrement, réaliser des concepts différents .. Et il en va de même aujourd'hui. Ils sont même de plus en plus nombreux à le faire. (...) tant que les jazzmen auront ce réflexe chevillé au corps, le jazz restera vert ! Il faut juste faire attention à préserver l'un des éléments fondamentaux de la musique: la mélodie, le rythme ou l'harmonie. Les trois à la fois, selon moi, c'est encore mieux ...".

Jazz is not dead ! Tel était le leitmotiv de ce beau festival !

Publié dans Festivals - Concerts

Commenter cet article