Joe Louis Walker (Festival de Jazz du Parc Floral - 27/06/09)

Publié le par yannis

Si Joe Louis Walker n’est pas originaire du Mississippi, du Texas ou de Chicago, ce natif de San Francisco a largement contribué à donner un nouveau souffle au blues.

If Joe Louis Walker is not born in Mississippi, Texas or Chicago, this native from San Francisco widely contributed to give a new breath to the blues.

Après avoir fait ses classes auprès des plus grands (Lightnin’ Hopkins, Earl Hooker, Michael Bloomfield…), Joe Louis Walker a longtemps parcouru des chemins de traverse avant de trouver son salut dans le gospel, jusqu’à ce que l’appel du blues se fasse à nouveau entendre au milieu des années 1980. Depuis, Joe Louis Walker a gravi les échelons de la hiérarchie du blues.

Having made his classes with the best bluesmen (Lightnin' Hopkins, Earl Hooker, Michael Bloomfield...), Joe Louis Walker went through side ways for a long time, before finding his salute in the gospel, until he heard once again the call of the blues in the middle of 1980s. Since, Joe Louis Walker climbed the hierarchy of the blues.

Cliquer sur la photo ci dessous pour découvrir les photos de ce showman flamboyant !

Click on the pictures below to see all of the pictures of this blazing showman !

Joe Louis Walker guitare voix / Henry Lee Oden basse / Michael J. Torsone claviers / Richard Vaughn Crain batterie / Linwood Lee Taylor Jr. guitare

Publié dans Festivals - Concerts

Commenter cet article

Bernard Cazenave 13/07/2009 18:15

Réunir le même jour Tchakounté et JL walker au parc floral restera un moment inoubliable de jazz de toutes les couleurs musicales et de qualités humaines exprimées! Seule mon oreille me guide pour ajouter, que depuis les hendriks, santana, clapton, guitare de P Floyd, terje ripdal et autres guitares que j'oublie...celle de MICK RAVASSAT me transporte dans la stratosphère de cet instrument qu' il explore avec tout autant d' inventivité que de discrétion: il est assis, à l' écoute, à l' affût du moindre accord discret à glisser entre deux mots des chansons de Roland Tchakounté, véritables supports pour mieux comprendre l' Afrique; ses solos sont sublimes et si courts que le public trouve à peine le temps de l' applaudir. (le batteur, très original, et CB, tout aussi bons et discrets).Ecouter "Afrika" du CD "KAWA" et peut être aurez vous comme moi une sensation particulière.......Le 28 Juin la très sensible PURA FE et le très rodé JJ Milteau complète ce WE de très grande qualité!Merci aux programmateurs. Et une mention particulière à JL Bardot l' organisateur du "festival dans le bocage" (dans l' allier) qui sait lui aussi faire connaitre ces immenses artistes et nous aider à parcourir le monde de la musique de qualité!

yannis 13/07/2009 21:54


Il est vrai que le public était subjugué par les improvisations, la sensibilité, l'inventivité du guitariste. ça sublime les chansons de Roland Tchakounté.

Chaque année, le festival dédie un WE au blues à mon plus grand bonheur. Il y a deux ans j'avais vu au parc floral Buddy Guy, qui avait fait une partie de son concert dans la foule pour communier
avec le public.

Je regardais le festival de Marciac et il n'y a pas un seul bluesman. C'est malheureusement une tendance (hormis les festivals 100% blues). Certes, les bluesmen historiques sont moins nombreux (il
reste BB King, Buddy Guy) mais je trouve justement que le blues a une opportunité (parmi d'autres) de se renouveller via les sonorités africaines.

Bernard, merci pour ton commentaire qui me donne envie de publier d'autres articles.

au plaisir de te relire.