Ernesto Tito Puentes - New Morning Paris (17/12/08)

Publié le par yannis

Rares sont les formations qui partent en tournée depuis plus de 15 ans avec près de 21 musiciens sur scène. Tel est l'orchestre dirigé par le plus parisien des cubains, Ernesto Tito Puentes, dont certains membres l'accompagnent depuis plus de 17 ans.  Un big band où résonnent joyeusement cuivres, tambours et piano. A près de 70 ans, et avec une carrière commencée à l'âge de 17 ans, il a toujours la bougeotte, et sait comment faire monter la température d'une salle parisienne, en pimentant une musique colorée de ses rythmes chaloupés. Un concert également dans la bonne humeur où Ernesto Tito Puentes laisse le champs libre aux improvisations de ses musiciens, et se charge de les taquiner s'il a trouvé l'improvisation en deça de ses attentes.

Je vous invite à découvrir les photos prises à l'occasion de ce concert de musique afro-cubaine en cliquant sur la photo !



Pourquoi utiliser le terme de musique afro-cubaine, quand tout le monde parle de salsa ? Je vous laisse lire la réponse d'Ernesto Tito Puentes.

" Pourquoi, depuis la fin des années 70, la musique afro-cubaine est elle connue sous le nom de "Salsa" ? Lors de mon arrivée en Europe, en 1952, les clubs espagnols, italiens et français résonnaient déjà des rythmes d'une musique qui était alors connue uniquement sous le nom de musique afro-cubaine, grâce à des artistes comme Emilio Barretto ou Perez Prado. Plus tard, en Amérique latine, de très bons interprètes se sont appropriés le son afro-cubain et en ont changé le nom, tandis que certains évènements historiques extérieurs à Cuba, ont également contribué à diminuer l'aura musicale de Cuba en voulant rayer Cuba de la carte. Malheureusement, en gommant le nom originel de cette musique, on a gommé une partie de la culture cubaine, à tel point que je suis, aujourd'hui, obligé d'utiliser le terme artificiel de "Salsa"… Pourtant, ma musique, n'est pas une "salsa", une sauce, faite de tout et de rien, ma musique, c'est mon pays, mes racines, les rythmes qui ont bercé mon enfance… Ma musique est afro-cubaine, tout simplement" .

 Quittons nous, pour le moment, en musique avec Nada de Amor


 
Stay tuned !

Publié dans Festivals - Concerts

Commenter cet article