Nulle part dans la maison de mon père

Publié le par yannis

Tout en écoutant Red Clay interprété par Freddie Hubbard (avec George Benson à la guitare, Ron Carter à la contrebasse et Stanley Turrentine au tenor sax), je vous invite en cette période de fin d'année (où vous allez peut être comme tout à chacun vous engouffrer dans les magasins à la recherche d'un présent de Noel) ... donc je vous invite à lire le dernier roman d' Assia Djebar " Nulle part dans la maison de mon père".

Comme la plupart des lecteurs, vous lisez souvent le recto de la page de couverture ... Soit ... je vous le donne à lire.

 

nullepartdanslamaisondemmonpere.jpg


" Après plusieurs fresques historiques évoquant l'Algérie, Assia Djbar, s'abandonnant à un flux de mémoire intimiste, nous donne son livre le plus personnel. Elle ressuscite avec émotion, lucidité et pudeur la trace d'une histoire individuelle dont l'ombre projetée n'est autre que celle de son peuple. 

Grandissant entre deux mondes, entre un père instituteur et une mère majestueuse qui lui fait découvrir la magie des fêtes féminines, une fillette porte, en même temp qu'elle découvre le "monde des Autres" à travers sa passion des livres et les confidences d'une amie de pensionnat, un regard fasciné sur son époque: bals européens donnés sur la place du village, prolétaires indigènes guettant dans le noir ...

Lorsque la famille s'installe à Alger, la mère se mue en citadine à l'allure européenne et l'adolescente entame une correspondance secrète. Une histoire d'amour s'esquisse. Dans Alger où la jeune fille ne cesse de circuler, après ses cours au grand lycée, elle s'énivre d'espace et de poésie. Un an avant une explosion qui secouera tout le pays, l'amorce de cette éducation sentimentale va-t-elle tourner court ?

Et la romancière de conclure : " Pourquoi ne pas te dire, dans un semblant de sérénité, une douce ou indifférente acceptation: ne serait-ce pas enfin le moment de tuer, même à petit feu, ces menues braises jamais éteintes ?Interrogation qui ne serait pas seulement la tienne, mais celle de toutes les femmes de là-bas, sur la rive sud de la Méditérannée ... Pourquoi, mais pourquoi, je me retrouve, moi et toutes les autres : " Nulle part dans la maison de mon père ? ".

Bonne lecture !

Commenter cet article

Jazz Chroniques et coups de coeur 03/01/2008 01:13

Saut Yannis, un ptit coucou pour te souhaiter une bonne année 2008, qu'elle te soit riche culturelement parlant ;-)Z

yannis 21/01/2008 23:25

Meilleurs voeux également pour la nouvelle année ! Une année musicale bien évidemment !